«
»

5e jour : Chengde → Beijing

Publié le 19/08/2013   |   1700 vues

小心   Cette page contient de nombreuses photos, soyez patient lors du chargement...

 

Départ de l'hôtel à 8h00. Comme toujours, nous sommes réveillées bien avant l'heure officielle du réveil.

Le buffet du petit-déjeuner n'est pas des plus réjouissants pour un palais français : du bacon, des oeufs brouillés, de la « tartinade » d'orange, de fraises ou de myrtilles, du beurre de Nouvelle Zélande, un genre de yaourt, et quelques plats salés que j'apprécierais sans doute plus si on me les proposait à midi. Le prochain voyage, c'est décidé, j'emmène mon chocolat.

Petit-déjeuner Petit-déjeuner

Petit-déjeuner Petit-déjeuner

Mon appareil photo me refait le coup de l'absence de carte, alors que la carte SD est bien insérée. Après une vingtaine de cycles insertion, allumage, extinction, retrait de la carte… j'ai l'idée de souffler au fond du slot. Et ça remarche ! Sans doute une poussière ou un poil de chat qui faisait faux-contact. Je n'ai plus été ennuyée de tout le voyage.

Le wifi à la réception est toujours aussi lentissime. Je suis obligée de charger Gmail en version html. Yahoo! mail rame...

Il me reste encore un peu de temps, je fais un scan de chaînes TNT par curiosité avec mon tuner TNT USB : aucune chaîne trouvée (impossible de savoir si la TNT est déjà déployée dans la région, ou si c'est mon tuner qui n'est pas compatible avec le DTMB, la norme chinoise de télévision numérique terrestre). D'après Wikipedia, la fin des émissions en analogique se fera entre 2015 et 2018, donc si ça se trouve la réception se fait encore en analogique.

Nous quittons l'hôtel. Pendant le trajet vers notre première visite, notre guide nous montre des cages à oiseaux accrochées aux arbres ou posées sur le trottoir : ce sont les habitants qui viennent aérer leur oiseau de compagnie. Dans certaines villes, il est interdit de promener un chien pendant la journée. Donc, les retraités adoptent des oiseaux...

Cages � oiseaux

Cages à oiseaux

Durant le trajet, notre guide nous fait réviser le vocabulaire chinois qu'elle nous a appris la veille et nous rajoute quelques mots (le grand-père : yéye 爺爺, la grand-mère : năinai 奶奶). Elle nous parle du mariage en Chine : normalement au Nord de la Chine, le mariage commence le matin, le banquet de noces a lieu à midi, le weekend (samedi ou dimanche) maintenant que les Chinois ont obtenu le repos du samedi. Dans certains cas (mais c'est plutôt rare), un 2e banquet peut être organisé le soir, surtout pour les invités n'ayant pas pu se rendre au banquet du midi (assez tôt, ça commence vers 18h et ne se termine par trop tard). Ou alors, c'est dans le cas d'un remariage. Au contraire, dans le Sud (Guilin, Shanghai), le banquet de noces a lieu systématiquement le soir.

Autrefois, les invités au mariage achetaient des cadeaux aux jeunes mariés. Comme il y avait beaucoup d'invités, cela faisait beaucoup de cadeaux, pas toujours utiles… Donc la tendance actuelle est plutôt de glisser de l'argent dans une enveloppe, impérativement de couleur rouge. Ainsi, les jeunes mariés pourront s'acheter ce qu'ils souhaitent. Ou payer leur voyage de noce… En France, par exemple, ajoute notre guide en riant.

Elle nous explique que dans les entreprises ou les usines d'Etat, autrefois, que les salairés travaillent sérieusement ou pas, ils était payés de la même façon. Donc, les 30 premières minutes de la journée étaient essentiellement consacrées à se donner des nouvelles de la famille autour d'un verre de thé, et l'après-midi dès 16h les salariés étaient déjà prêts à quitter le travail (on débauche en général à 17h).

 

billet-d'entree-temple-petit-potala

Notre billet d'entrée combiné pour la résidence de montagne, le petit Potala et la palais du Panchen Lama

 

Visite du Palais impérial

Lire la suite

 

Visite du temple lamaïste de l'École du Potala

Lire la suite

 

Visite du Temple lamaïste de la joie universelle

Lire la suite

 

Déjeuner dans un restaurant chinois

Arrive l'heure du déjeuner, après toutes ces nourritures spirituelles. Nous déjeunons à l'hôtel-restaurant Zhèng Yáng (正阳酒店), situé au 1, Wanshuyuan, Shuangqiao District (d'après mes recherches sur internet, parce que franchement, sur le moment, j'aurais été incapable de dire où nous nous trouvions), près de la rivière Wulie. L'entrée est superbement décorée, à la façon des palais que nous avons visité ce matin. D'après le site internet du restaurant, il a une capacité de 300 personnes.

chengde-restaurant-midi

chengde-restaurant-midi-plats

Comme toujours, le plateau tournant est garni d'appétissants plats.

Ce que j'aime bien avec les Chinois, c'est que niveau déco, ils n'ont pas peur d'en faire des tonnes. Dans un coin de la salle du restaurant, il y a de superbes fauteuils style baroque, tendus de tissu velours rose, avec des boutons en cristal... Nous ne résistons pas au plaisir de nous prendre en photo dedans. J'veux les mêmes chez moiiiii !

chengde-restaurant-midi-fauteuils

Après le déjeuner, nous remontons dans le car. Et, retour à Beijing… Notre guide local s'est éclipsée avec tellement de discrétion que nous n'avons même pas eu le temps de lui dire au revoir. Nous débriefons les nombreuses visites du matin. Notre guide nous montre un exemple de sceau impérial chinois adapté au format de kit souvenir pour les touristes (100 yuan pour ceux qui sont intéressés). C'est de moins en moins utilisé de nos jours. Mais les Chinois de la génération de sa grand-mère étaient beaucoup moins alphabétisés, ils l'utilisent encore quand une signature est requise, par exemple à la banque. Les premiers tampons remontent à 200 ans avant JC (ils étaient en bronze). Les premiers sceaux en jade ont été initiés par l'Empereur.

Notre guide nous parle également de la traduction des noms Français en Chinois. Ce n'est pas forcément juste un idéogramme par syllabe. Il faut 2 idéogrammes pour écrire le prénom Paul, par exemple…

Sur l'autoroute du retour, sur les sommets, nous distinguons des portions de la muraille de Chine.

chengde-pekin-muraille1

chengde-pekin-muraille2

Nous croisons des convois exceptionnels transportant d'impressionnantes pales d'éolienne.

chengde-pekin-camion-eolienne

Nous arrivons plus tôt que prévu, les embouteillages étaient minimes. Je me fais expliquer le système de taxis (出租车 chūzūchē) par notre guide : en fait, le choix de couleur (vert-jaune, rouge-jaune, bleu-jaune) est assez libre, l'inscription sur la portière est le nom de la compagnie de taxis, et la mention Pékin taxi (dans le cercle). J'ai lu sur le net que, depuis en 2009, Hyundai a remporté le marché des taxis à Pékin. C'est pour cette raison qu'on voit surtout des taxis de marque Hyundai. Le chauffeur doit payer lui-même le véhicule, et la licence coûte également très cher. Pour rentrer des ses frais, il doit se faire 300 yuan par jour.

pekin-taxi

Notre guide nous explique qu'il existe 3 catégories de permis de conduire (le permis C, petit véhicule, est le plus facile à obtenir). Et que la façon de conduire des automobilistes est bien éloigné de ce qui leur a été enseigné à l'auto-école (comme chez nous, quoi)… Pékin est la première ville dans laquelle on a mis en place les restrictions de circulation des véhicules pour limiter la pollution atmosphérique.

Nous passons devant un magasin de l'enseigne Ikea. Au loin, nous voyons les décors d'un parc d'attraction. Notre restaurant est en face d'un supermarché Carrefour, et d'un bureau de poste (Southern District Post Office). Comme nous sommes un peu en avance, notre guide nous propose d'aller faire un tour dans le Carrefour d'en face, histoire de voir la vie quotidienne des Chinois.

 

Carrefour

Lire la suite

 

Retour au restaurant, pour un dîner de canard laqué, spécialité pékinoise. Comme toujours, nous avons droit au plateau tournant et nous nous régalons (enfin moi, surtout). Les avis sont partagés sur le canard laqué. En Chine, le gras du canard est plus prisé que la viande elle-même (de la même façon que les pattes du poulet sont plus chères que la viande)

Notre guide nous montre comment rouler le canard dans une petite crêpe.

pekin-restaurant-canard-laque0 pekin-restaurant-canard-laque1

pekin-restaurant-canard-laque2 pekin-restaurant-canard-laque3

Internet en Chine : il y a la compagnie nationale (China telecom) et quelques compagnies privées, deux fois moins chères (chez qui en général l'abonnement est annuel, payable en une fois). Elle paie 100 yuan par mois. Les tarifs varient selon le débit et les prestations associées. Notre guide trouve que le montant de nos abonnements internet n'est pas très élevé.

Après le dîner, notre guide nous annonce le programme du lendemain. Réveil à 7h, les valises doivent être bouclées et mises à la disposition des bagagistes avant 7h45. Attention, on prend l'avion, les mêmes restrictions s'appliquent que dans les aéroports occidentaux (hélas). Distance entre Pékin et Xi'an : environ 1100 km. Il va faire beaucoup plus chaud, la température attendue à Xi'an le lendemain : 20 à 32°C. Notre guide a modifié l'ordre des visites afin que ce soit plus pratique et moins fatigant pour nous. Elle nous explique que c'est elle qui s'occupe des pourboires des chauffeurs et des bagagistes. C'est l'occasion pour le groupe d'apprendre un nouveau mot chinois : zài jiàn 再见 (au revoir).

De retour à l'hôtel Novotel Peace. Cette fois-ci, nous avons une chambre pour 3 personnes, non fumeur !

 

Haut ↑

 
«
»
 

A lire aussi

4e jour : Beijing → Grande muraille → Chengde
4e jour : Beijing → Grande muraille → Chengde

Grande Muraille (tronçon Jinshanling)
Zoom : Grande Muraille (tronçon Jinshanling)

Visite du temple lamaïste de la Paix Universelle
Zoom : Visite du temple lamaïste de la Paix Universelle

Palais impérial, résidence de montagne
Zoom : Palais impérial, résidence de montagne

Temple lamaïste de l'École du Potala
Zoom : Temple lamaïste de l'École du Potala

Temple lamaïste de la joie universelle
Zoom : Temple lamaïste de la joie universelle

 

 

Haut ↑