«
»

Musée provincial de Shaanxi

Publié le 02/09/2013   |   3345 vues

小心   Cette page contient de nombreuses photos, soyez patient lors du chargement...

 

Yan Ta Road 70
Telephone: 86-29-85219422
Fax: 86-29-85262216
Ouverture : mardi au dimanche
Site internet

Le musée de l'histoire du Shaanxi est situé au Nord-Ouest de la grande pagode de l'Oie sauvage. C'est l'un des premiers grands musées d'État en Chine, retraçant l'histoire de la Chine. Il abrite plus de 300 000 éléments.

La construction du musée a commencé en 1983 et la première ouverture au public date du 20 juin 1991. Son architecture est inspirée des bâtiments de la dynastie Tang (sans la couleur). L'architecte Chang zi Zho est très connu en Chine, il a construit de nombreux bâtiments, notamment à Beijing. L'ancien musée se trouvait dans la vieille ville, au pied des remparts. C'est Zhou Enlai qui, après avoir visité l'ancien musée dans les années 70, a déploré que toutes ces belles choses ne soient pas mieux mises en valeur. C'est ce qui a initié le projet de nouveau musée.

Extérieurs du musée

Le musée provincial de Shaanxi présente des objets caractéristiques de la province. On y trouvera donc peu de cloisonnés et de porcelaines, qui sont plus caractéristiques de la Beijing. Il comporte trois grande salles d'exposition, par ordre chronologique.

Nous arrivons sur les lieux vers 14h15. Il fait extrêmement chaud dehors, notre guide part en avant pour acheter le billet groupé afin que nous n'ayons pas à attendre dehors en plein cagnard.

Extérieurs du musée

Extérieur du musée, avec touriste distrait qui se prend les pieds dans le cordon de sécurité (à droite)

Nous passons d'abord à travers la boutique (climatisée, aahhh ça fait du bien...) pour accéder à l'entrée de la cour du musée. Dans cette boutique, notre guide nous dit qu'il y a une table tournante avec thé à volonté (mais je ne suis pas allée voir, n'étant pas buveuse de thé).

Boutique du musée Boutique du musée

Comme dans la plupart des lieux que nous visitons, nous devons passer à travers un portique et passer nos sacs sur un tapis roulant comme dans les aéroports.

Musée provincial Shaanxi entrée principale

Musée provincial Shaanxi cour intérieure

Le musée

Jardin du  musée Jardin du musée

Avant d'entrer dans le musée, notre guide nous montre sur un livre les points forts de la visite et nous explique tout. En arrière-plan, j'entends la mélodie de jingle bells, ce qui, compte tenu de la saison et de la chaleur, est assez surréaliste. Je me demande pourquoi notre guide fait son briefing à l'extérieur, alors que l'intérieur du bâtiment est climatisé. Nous comprenons en entrant : le hall du musée est bondé de touristes et les voix résonnent, impossible de s'entendre. Nous avons deux heures pour tout visiter à notre rythme.

La statue de lion dans l'entrée pèse près de 10 tonnes, elle est considérée comme la statue de lion la plus grande d'Asie.

Le hall du musée

Salle 1 (1e étage) : préhistoire, Zhou et dynastie Qin.

En rentrant à droite, la plus ancienne statue de jade découverte : elle date de plus de 5000 ans. On y trouve également une centaines de bronzes magnifiques, le bronze est symbole de pouvoir dans la Chine antique. Beaucoup d'objets concernent la vie quotidienne.

Notamment des récipients tripodes, détenus par des familles aisées, servant à contenir divers liquides.

Vase tripode Maquette

On y trouve également des vases à fond pointu servant à puiser de l'eau dans la rivière : une fois rempli, le vase se redresse tout seul (vieux de 5000 ans). Y est également exposé le crâne de l'homo erectus le plus ancien d'Asie, l'Homme de Lantian (蓝田人 Lántián rén). Oui, je sais, la photo est floue. Mais il faisait très sombre, aussi.

Jarre Homme de Lantian

Des vases tripodes en bronze "Gui", comportant également deux oreilles, qui permettent de poser le nez quand on y boit (enfin si j'ai bien compris).

Vase gui Vase gui

Nous passons également devant les célèbres cloches en bronze de la dynastie Zhou dont nous avions déjà vu une reproduction dans l'aéroport de Beijing.

Chariots Cloches

Un joli pichet à vin de bronze en forme de bovin de 24 cm de haut, datant de la dynastie Zhou (XXe au IXe siècle avant J.-C.), découvert en 1967

Pichet Pichet

Nous croisons de vieilles connaissances... un échantillon de soldats de l'armée en terre cuite. Des ados sont affalés sur les banquettes du musée, l'un d'entre eux s'endort, ils sont encore moins résistants que nous (et aussi peu passionnés que nos jeunes à nous) ! Un peu plus loin, nous admirons ce que nous pensons être une belle petite panthère (4 cm de haut) datant de l'époque des Royaumes Combattants, en fait c'est plutôt un tigre, découvert en 1957.

Soldats de l'armée en terre cuite Panthère

 

Salle 2 (2e étage) : Dynastie Han, Dynasties du Nord, Dynasties du Sud. Témoignages de la célèbre route de la soie.

Une vitrine expose des disques en or datant de la dynastie Han occidentale. Ce n'était pas la monnaie de l'époque, ils étaient utilisés comme cadeau ou comme récompense. Un peu plus loin, encore un objet très photographié, le magnifique monstre d'or sur son socle en forme de lotus, découvert en 1957, datant de la dynastie Han. Si on regarde bien, on voit que ses superbes cornes sont décorées de têtes de monstres. Sa queue aussi.

Disques en or Monstre en or (Dynastie Han)

Cette salle présente des objets funéraires, des maquettes de maison, des statuettes d'animaux domestiques ressemblant à celles qu'on a vu la veille. Un grande maquette représente la route de la soie. Non loin, la statue de l'explorateur et diplomate chinois Zhan Qian, qui a fait deux fois le voyage de la route de la soie (les itinéraires sont matérialisées par un chemin lumineux sur la maquette).

Maquette de la route de la soie Zhan Qian

 

Salle 3 (2e étage) : Dynastie Tang et postérieur

La préférée des visiteurs chinois, car la plus riche. On y trouve des objets en argent, des miroirs, statuettes en porcelaines, en celadon, en céramique.

Dieu

Ainsi, un cheval et un chameau accroupi, en céramique chinoise à glaçure tricolore (三彩 sāncǎi), tous deux contemporains de la dynastie des Tang (618-907)... Le chameau a été trouvé à Hansenzhai, dans la banlieue est de Xi'an.

Cheval Chameau accroucpi (dynastie Tang)

L'empereur Qi a unifié la langue chinoise, les monnaies et les mesures. Une autre pièce très réputée est un sceau de haut fonctionnaire à 24 faces en jais, découvert en 1981. Ses différentes faces portent les différents titres officiels du général Dugu Xin aux différents moments de sa vie. C'est le seul sceau connu de ce style.

Portique de tombe Sceau polyédrique

Des statuettes de femmes impériales, fonctionnaires, de mandarins, de musiciens, d'être représentant les signes du zodiaque chinois (avec corps humain, et tête animales).

Divinités Statues zodiaque

Un peu plus loin, des objets de l'époque Ming et Qing, des statues de lutteurs de sumo (originaires de Chine, même s'ils sont désormais populaires au Japon), des joueurs de polo (le sport est apparu au VIIe siècle en Chine, ensuite popularisé au Royaume Uni).

Statuettes de femmes Joueurs de polo

Des panneaux, hélas seulement en chinois, donnent des détails sur les coiffures et les maquillages des statuettes féminines. La mode du VIe au Xe siècle était aux rondeurs : plus les femmes étaient dodues, plus elles étaient séduisantes.

Explications sur les coiffures et le maquillage Explications sur les coiffures et le maquillage

Parmi les trésors les plus connus, une bouilloire glacée de couleur verte découverte en 1968 dans le comté de Binxian. Sa poignée est en forme de phénix, dont la tête ressemble à celle d'un lion.

Statuettes Bouilloire en celadon

Des fresques de tombres de princes et princesses. Ces documents historiques et trouvailles archéologiques ont servi à reconstituer certains spectacles de danse et de musique traditionnels. Un peu plus loin, des extrémités de tuiles de toits gravées de caractères chinois anciens et sculptées en forme d'animaux. Enfin, nous passons devant la réplique de la grotte de Zhongshan et sa statue de bouddha.

Grotte de Zhongshan Statue de bouddha

Après 1h30 de visite, tout le monde est déjà crevé et retourne vers la boutique qui sert de point de RDV et qui est correctement climatisée.

Je m'apprête à prendre le même chemin quand je remarque qu'au sous-sol, il y a également une exposition temporaire sur les impressionnistes (Français, pas Chinois). On y retrouve des oeuvres de Gauguin, Signac, Renoir... mais surtout en noir et blanc.

Entrée de l'expo sur les impressionnistes Paul Gauguin

Conasse, monologue (Th. Steinlein) Les démolisseurs (Paul Signac)

Et une exposition spéciale sur les trésors de l'empire Tang, mais moyennant un supplément.

Retour dans le car à 17h00. Notre guide nous explique que l'été, le musée est gratuit pour les scolaires. A cette époque, on croise donc beaucoup de jeunes... Sur le chemin de retour vers l'hôtel, nous repassons devant la Grande Pagode de l'Oie sauvage. Encore pas mal d'embouteillages. Ceux-ci poussent les habitants à préférer le vélo aux transports en commun. Nous trouvons qu'il fait chaud, mais notre guide se rappelle d'un mois de juillet où les températures sont montées à 40°C avec plus de 60% d'humidité. Un vrai sauna ! Xi'an est l'une des 3 villes les plus chaudes de Chine (les deux autres sont dans le Sud de la Chine).

Côté précipitations, la pluie, c'est surtout la nuit. Dans le genre pluvieux, Guilin l'est beaucoup plus : 300 jours de pluie par an ! C'est pourquoi on dit que les femmes du Sud de la Chine ont la peau plus lisse que la porcelaine : c'est à cause de l'humidité ambiante.

Vues de la ville de Xi'an Vues de la ville de Xi'an

Vues de la ville de Xi'an Vues de la ville de Xi'an

Vues de la ville de Xi'an Vues de la ville de Xi'an

Nous avons quartier libre pour nous changer et nous reposer. RDV dans le hall à 19h50 pour aller au dîner-spectacle.

Nous essayons d'obtenir le changement de notre sèche-cheveux qui persiste obstinément à souffler de l'air frais. Pas simple... la réception nous envoie une dame tout à fait charmante et serviable, mais qui ne parle pas un mot d'anglais. Et notre chinois est vraiment insuffisant. Nous cherchons frénétiquement notre vocabulaire dans notre Tranichinese. Finalement, nous arrivons à lui sortir, "Bu rè, lěng", elle percute et s'en va en nous faisant signe de téléphoner (ou qu'on va nous téléphoner). Elle revient quelques minutes plus tard avec un autre sèche-cheveux. Entre temps, la réception nous a déjà appelé deux fois pour savoir où ça en était. Nous sommes impressionnées par la quantité de ressources humaines mises en oeuvre pour changer un sèche-cheveux (et par leur léger manque de coordination).

 

Haut ↑

 
«
»
 

A lire aussi

6e jour : Beijing → Xi’An
6e jour : Beijing → Xi’An

7e jour : Xi’An
7e jour : Xi’An

Tombeau de l'empereur Yangling
Zoom : Tombeau de l'empereur Yangling

Remparts de Xi'An
Zoom : Remparts de Xi'An

La Grande Fouille et ses 6 000 guerriers et chevaux d'argile
Zoom : La Grande Fouille et ses 6 000 guerriers et chevaux d'argile

Dîner-spectacle Tang
Zoom : Dîner-spectacle Tang

Maison de Jade
Zoom : Maison de Jade

Petite Pagode de l'Oie sauvage
Zoom : Petite Pagode de l'Oie sauvage

Mosquée de Xi'an
Zoom : Mosquée de Xi'an

 

 

Haut ↑