«
»

La Grande Fouille et ses 6 000 guerriers et chevaux d'argile

Publié le 02/09/2013   |   5459 vues

小心   Cette page contient de nombreuses photos, soyez patient lors du chargement...

 

Qinling North Road, Lintong DistrictXi'an 710600
Site internet

Le mausolée de l'empereur Qin (bīngmǎ yǒng 兵马俑), qui s'étend sur environ 56 km², est un mausolée dédié à l'empereur Qín Shǐhuángdì 秦始皇帝, datant du IIIe siècle avant J.-C. (notre guide nous dit que shǐ signifie l'origine, le berceau et dì signifie roi, empereur, c'est donc le premier empereur). L'ensemble archéologique, qui se trouve à proximité de la ville de Xi'an (environ 35 km), comprend d'une part le tombeau proprement dit (en forme de pyramide tronquée mais beaucoup plus grand que celui que nous avons vu la veille : 80m de haut, 200x400m de large), et d'autre part les fosses où l'on a trouvé, à partir de 1974, l'armée enterrée formée par des milliers de soldats de terre cuite. Cette dernière est parfois appelée armée de terre cuite ou armée d'argile.

Notre guide nous explique que les soldats sont représentés grandeur nature. A l'époque, un des critères de sélection pour faire partie de l'armée impériale était la taille : pas moins de 1,72m. Ce qui semble grand... mais déjà à l'époque, la Chine était très peuplée, donc il y avait le choix. Il n'y a pas deux statues avec le même visage. Notre ancien président Jacques Chirac la décrite comme la 8e merveille du monde, les Chinois considèrent qu'il a beaucoup fait pour faire connaître ce site.

La surface totale du site dépasse 56 km². Tout ça pour une seule personne...

Notre guide préfère nous faire visiter ce musée le matin, car il y a moins de monde.

Billet d'entrée

Plan général

La tombe elle-même, avec son palais souterrain (flottant sur un lac de mercure), n'a pas encore été fouillée. L'État souhaite en effet attendre le développement de technologies qui garantissent que le contenu, en particulier la momie de l'Empereur, ne subira aucun dommage (située à 35m de profondeur, nous dit notre guide). Car pour l'instant, les peintures ne résistent pas au contact de l'air. Et le mercure, c'est dangereux... La tombe se trouve à environ 1,5 kilomètre à l'Ouest de l'armée enterrée. C'est la dernière qui demeure encore inviolée. Toutes les autres tombes d'empereurs de la région ont été visitées, parfois pillées. Elles attirent les convoitises car on sait qu'elles sont souvent entourées de trésors.

L'Empereur ne voulait pas être tout seul dans l'autre monde. A l'instar des Egyptiens, il croyait à une vie dans un autre monde. C'est pourquoi on a enterré des reproductions d'objets de la vie quotiennes. D'après le taoïsme, il y a deux côtés : le yin et le yang, qu'il faut toujours équilibrer. Lors de la constructions, des géomanciens ont été consultés afin de choisir le lieu le plus conforme au fēng shuǐ (风水 le vent et l'eau, fēng c'est yang, shuǐ c'est yin). C'est également pour cette raison que les 13 tombeaux de l'Empereur Ming à Beijing se trouvent à la fois proches des rivières et des montagnes (la montagne c'est yang). Le mercure est un liquide, il représente l'eau. Les montagnes sont représentées sous forme de fresques de jade. Les astres, le soleil, ont également été sculptés dans du jade de différentes couleurs (quand ce sont des tombeaux de concubines, les motifs sont seulement peints).

Comme le mercure est toxique, les ouvriers ont construit une muraille autour de cette cité interdite en miniature afin de se protéger. Ils ont également ajouté des pièges ingénieux contre les intrus, tels que des flèches. Enfin, pour s'assurer que vraiment personne ne vienne troubler son repos, les ouvriers ayant contribué à la construction de ce palais ont été enterrés vivants afin qu'ils ne puissent jamais révéler son emplacement.

On estime qu'il y a plus de 300 fosses, jusqu'ici une vingtaine a été fouillée. Nous allons visiter les 3 premières fosses, elles contiennent des statues de militaires. Environ 1200 statues ont été restaurées. Chacune porte des armes à la main. La plus petite des fosses mesure 520 m². La surface moyenne d'une fosse est de 1000 m².

On a peine à croire quand on les voit maintenant couleur argile, que ces statues étaient autrefois colorées. Des archéologues du monde entier se sont penchés sur le problème des peintures qui ne résistent que quelques jours après exhumation de la statue, mais n'ont pas encore trouvé de solution pour les préserver.

En 1980, on a retrouvé des livres en jade, écrits avec les anciens caractères chinois. Ce sont des reliques très précieuses. Des cercueils en jade de princes ont également été retrouvés. Les tombes sont gardées par des fresques d'animaux légendaires. Notre guide a eu la chance d'accéder à des zones de fouilles qui sont désormais restreintes au public, car les peintures résistent mal à l'air libre.

Elle nous met en garde contre les vendeurs ambulants qui circulent sur le site et nous recommande de nous méfier, les statues qu'ils vendent sont de mauvaises copies à l'encre de Chine. Elle nous recommande de ne pas toucher les articles qu'ils proposent, sinon ils sont capables de nous accuser de les avoir endommagés. Il vaut mieux aller à la boutique du musée.

Le bus avancera au plus près du site afin que nous ayons le moins possible à marcher dans la chaleur (la météo annonce 36°C) aujourdh'ui, puis il repartira vers le parking. Tout le monde n'a pas le droit d'entrer si loin. Notre guide part en avant s'occuper des formalités et récupérer les tickets d'entrée individuels (il y aura deux contrôles). C'est une des rares fois où nous aurons un ticket individuel à conserver en souvenir.

Entrée

Entrée du musee de l'armee terre cuite

Entrée du musee de l'armee terre cuite détail Ptrimoine mondial de l'Unesco

A droite, c'est l'entrée de la fosse n°2.

Entrée de la fosse 2

Le temps est magnifique, les Chinoises soucieuses de leur teint ont sorti leurs jolies ombrelles.

Entrée d'une salle

Hall du musee de l'armee terre cuite

Photo du tumulus

Le hall et l'escalier du musée sont monumentaux. A l'entresol, le logo de l'Unesco est fièrement mis en scène.

Entrée d'une salle

Hall et escalier du musee de l'armee terre cuite avec logo Unesco

En 1980, deux chars en bronze tractés par des chevaux ont été trouvés en 1980 dans un sarcophage en bois situé à 500m du tumulus. Le sarcophage s'était partiellement effondré avec le temps, une partie de leur contenu était endommagé. Ces chariots ont déjà un système de freins et d'amortisseurs. En 200 ans avant J.-C., on connaissait déjà l'art du moulage et de la soudure.

Plaque à l'entrée s'une des salles

Huit années de restauration ont été nécessaire pour leur faire retrouver leur aspect et leurs couleurs d'origine. Leur échelle est à moitié de la taille réelle. Ces modèles réduits représentent un char haut et un char de confort. Les rênes sont en or et en argent.

Le conducteur du char haut est un gradé. On le sait à la forme de son chignon. Les chariots étaient équipés d'un système de repérage, sous la forme d'une boîte contenant de l'huile. Pendant le trajet, l'huile qui s'écoulait sur la route par un trou, marquant le chemin et permettant aux chariots suivants de suive la même route.

Char haut

Chevaux tractant le char de confort Cheval

Les parois du deuxième chariot sont décorés de phénix et de dragons colorés. A l'intérieur, il y a un siège qui fait également office de couchette. Les fenêtres du chariot permettent à leurs occupants de voir à l'extérieur, mais pas l'inverse. Le toit rappelle la carapace d'une tortue (pour la longévité). C'est dans ce chariot qu'on a retrouvé les bijoux en jade et en or.

Char de confort

Chariot de confort, vue arrière

Une petite salle présente le matériel utilisé pour harnacher les chevaux, équiper les chariots. C'est une salle très sombre, notre guide nous recommande de garder nos sacs devant nous.

Renes Renes

On a également retrouvé des fragments de serviettes de soie blanche repliées dans les deux chariots.

Préface

Une autre salle retrace en photo les étapes de la découverte, de la restauration et de l'inauguration.

Expo photos

Restauration des chars Expo photos

Fosse numéro 2

Nous arrivons sur la première salle du champ de fouilles proprement dit, la fosse n°2. Nous circulons tout autour. Sur les côtés, des salles exposant les pièces les plus spectaculaires.

Plan de la fosse 2

Fouille Fouille

La terre semble faire des vagues : à cause du temps, les plafonds en bois qui recouvraient les allées de statues se sont effondrés. Une grande majorité des statues de cette salle n'ont pas encore été exhumées, elles ne le seront pas tant qu'on n'aura pas résolu ce problème de couleurs qui ne résistent pas à l'air libre.

Fouille Fouille

Fouille Fouille

Fouille Expo

Nous arrivons devant les vitrines présentant certaines des plus belles statues découvertes et les plus représentatives. Notre guide nous explique les détails qui permettent de déterminer le grade d'un soldat. La coiffure : chignon simple porté à droite (un fantassin), chignon porté à gauche (archer genou à terre, sinon le chignon serait gênant pour tirer), casquette carrée (officier), chignon en forme de coeur (général). L'armure : plus les écailles sont petites, plus l'armure est souple et confortable, et plus le soldat est gradé. Les chaussures : plus les chaussures sont montantes, plus le grade est important.

En moyenne, une statue pèse 300 kg. Une statue de général dépasse 1 tonne. Le corps est vide, sauf au niveau de la tête et des pieds. La création d'une statue prenait plusieurs semaines. Les corps étaient faits en série. Les visages étaient travaillés en duo d'artisans, chacun faisant le portrait de l'autre. Certains expressions sont jeunes et fières, d'autres sont plus sérieux voire nostalgiques (car les artisans n'avaient pas le droit de rentrer chez eux, même pas une fois par an). Les visages marqués par l'âge étaient réservés aux généraux.

Un archer debout : c'est un soldat d'infanterie vêtu d'un costume de bataille sans armure. Il a été exhumé de la formation d'archers de la fosse n°2 (dans laquelle 172 archers ont été découverts). La position de ses mains atteste que ce personnage était en posture de tir.

Archer Archer

Environ 40000 armes en bronze ont été découvertes dans les fosses de l'armée en terre-cuite : ge, lances, hallebardes, pi, shu, haches de guerre, sabres, crochets, arcs, arbalètes, points de flèches... Ces armes étaient réalisée très finement, suivant un processus de modelage, moulage, fonte et finition. La surface de certaines de ces armes étaient recouvertes d'oxyde de chrome-saline, ce qui a préservé leur tranchant. En 200 avant J.-C. les Chinois connaissaient déjà l'anti-rouille ! Grâce à cela, quand elles ont été déterrées, ces armes étaient aussi brillantes qu'à l'état neuf. Selon les armes, différentes proportion d'alliage ont été utilisées. Ceci atteste du niveau élevé de technicité atteint durant l'ère des Qin dans le domaine de la métallurgie. Ces connaissances ont ensuite été perdues...

Armes

Un cavalier avec sa monture de guerre sellée : 116 cavaliers ont été découvert dans la fosse 2. Les chevaux étaient rigoureusement sélectionnés à HeQu et bien entraînés. Le cheval porte une selle décorée d'une sangle et d'une croupière, sans étriers. Le cavalier porte une robe qui descend à hauteur des genoux, une veste-armure et un pantalon serré. Sous sa taille ceinte d'une ceinture, la robe est visible avec ses plis et replis. Il porte un petit chapeau moulant attaché sous le menton. Il tient les rênes du cheval dans une main, et devait tenir une arbalète de l'autre.

Cavalier et sa monture Cavalier

Cheval

Une autre vitrine nous présente les matériaux de contruction des fosses de l'armée en terre cuite.

Juste à côté, un autre personnage : un officier de haut rang. Il fait partie des 7 "généraux" découverts dans les fosses. Sa taille, ses habits et sa coiffure contribuent à indiquer son rang. Il porte des robes à double-couche sous une armure multicolore en écailles de poisson, et une coiffure haute nouée derrière le menton à l'aide de rubans. Ses chaussures sont de forme carrée et pourvue d'un système de cintrage sur le dessus. Huit noeuds faits de rubans décorent l'armure : trois sur la plaque frontale, trois sur la dorsale, et un sur chaque épaule. Il a les mains croisées sur une épée

Officier Officier

Dans une autre vitrine, nous faisons la connaissance d'un officiel de rang moyen. Il porte un chapeau plat à deux épaisseurs, et des chaussures à extrémités carrées. Une robe sous l'armure descend sous le genou. Les armures des officiers de rand moyen sont de deux styles différent : l'une se compose uniquement d'une armure de poitrine, l'autre comporte une partie de poitrine et de dos.

Officier Officier

Le dernier personnage est un archet agenouillé. Il est considéré comme le trésor du musée. On pense qu'il tenait une arbalète entre ses mains. le sens du détail est là encore impressionnant, jusqu'à la semelle de ses chaussures antidérapantes. C'est le mieux conservé de la collection. Il lui reste même un peu de rouge à l'arrière.

Archer Archer

Archer

Nous quittons ce premier bâtiment pour nous diriger vers la fosse n°3. Entre les deux bâtiments, nous sommes brusquement pris d'une toux irrépressible : un employé est en train de répandre un insecticide sur les arbres du parc. En voyant notre réaction, il s'arrête vite...

Fosse numéro 3

Entrée de la fosse numéro 3

D'après la plaque d'introduction, la fosse numéro 3 a été découverte en Juin 1976. Elle est située au Nord de la fosse numéro 1, à l'extrémité Ouest. Elle se situe à 25m au Sud de la fosse numéro 1 et à 120m de la fosse numéro 2. C'est la plus petite : en forme de U, elle mesure environ 520 m², 28,8m de long d'est en Ouest, 24,57m de large du Nord au Sud, pour une profondeur allant de 5,2 à 5,4m. Les recherches montrent que la fosse numéro 3 a subi de nombreux dommages. Seuls 68 figurines, un chariot et 34 armes de bronze (30 shu et 4 pointes de flèche) y ont été retrouvées. Le shu de bronze était l'une des 5 armes retrouvées à l'intérieur du chariot. On pense qu'il était utilisé par les gardes d'honneur au printemps et à l'automne. La fosse numéro 3 est désormais connue comme le centre de commande, l'état-major des fosses 1 et 2.

Fosse 3 Fosse 3

Le style sculptural des guerriers, pour la plupart des officiers, et de leurs chevaux retrouvés dans la fosse numéro 3 impressionnent par leur réalisme. Toujours d'après les plaques explicatives, diverses techniques ont été utilisées dans la fabrication de ces statues, telles que la gravure circulaire, la gravure en relief, la gravure en ligne et la peinture. Les guerriers et de leurs chevaux sont réalisés avec finesse et semblent presque vivants. Les pigments colorés des statues ont fourni des éléments précieux à l'étude de la peinture utilisée sur les guerriers en terre cuite.

Fosse 3 Fosse 3

On a également retrouvé des ossements de cerfs. Il y a des salles de prière, de réunion, des salles pour garer les chars. Sur les murs de la salle entourant la fosse, des photos montrent des détails des statues au moment où elles ont exhumées.

La pluaprt des statues n'ont pas de tête. Notre guide nous explique que l'Empereur est mort avant que les artisans aient terminé tous les visages, son décès a arrêté les travaux. Nous avons 15 min pour l'explorer.

Fosse numéro 1

Nous passons à la fosse numéro 1, la plus connue et la plus photographiée. "La cerise sur le gâteau", dit notre guide. Elle a été découverte en mars 1974 par des fermiers de la région qui creusaient un puits. Avant cela, leur existence n'était mentionnée dans aucun écrit historique. Les archéologues ont alors commencé leur travail d'explartion et d'excavation. Le 1er octobre, le musée a été ouvert au public.

Le toit de la fosse numéro 1 laisse passer la lumière naturelle, elle est donc beaucoup mieux éclairée que les deux précédentes. Les travaux de fouille ne sont pas terminés, ils continuent en live sous les yeux des très nombreux visiteurs. Les archéologues continuent à reconstituer le puzzle des statues en morceaux. On pense que la fosse contient jusqu'à 6000 soldats et chevaux. Seul un tiers a été fouillé.

Notre guide nous laisse 40 min pour faire le tour, et nous donne RDV devant l'entrée principale.

Fosse 1

Chevaux fosse 1

Soldats terre cuite fosse 1

Armée de terre cuite fosse 1

Des panneaux explicatifs bilingues chinois-anglais sont implantés tout autour de la fosse. J'ai essayé d'en traduire quelques uns.

Avant la découverte de la fosse, les gens du coin utilisaient le terrain pour construire des tombes pour leurs morts. On a retrouvé des restes de piliers de 30 cm de diamètre, espacés de 1,1 à 1,5m, sur les deux côtés des murs de séparation. Ces piliers soutenaient des poutres. Le sol était recouvert de 45 cm de terre et pavé de briques. A l'origine, le toit en bois était recouvert de couches de nattes en fibres. De la terre était répandue à la surface des nattes. La fosse comporte 5 entrées en pente aux qutre coins de la fosse, elles ont servi à la construction de la fosse durant l'ère Qin. Une fois la construction de la fosse terminée, les entrées ont été immédiatement scellées à l'aide de piliers de bois.

Fosse 1 Fosse 1

La fosse numéro 1 combine des régiments d'infanterie et de chariots. A l'extrémité Est de la fosse, il y a 3 divisions de première ligne (notre guide nous explique qu'à l'époque, le danger venait principalement de l'Est). Juste derrière eux, le corps principal de la troupe. Autour du coin extérieur, on trouve une rangée de soldats faisant face au Sud, au Nord et à l'Ouest, de façon à couvrir les flancs et l'arrière de l'armée.

Fosse 1 Fosse 1

Tous les soldats et les chevaux ont été réalisés avec de l'argile locale, ensuite cuites au four. Après cuisson, les figurines recevaient les détails peints. Tous les soldats et les chevaux sont réalisés à taille réelle (en moyenne 1,74m pour les soldats, parfois juste à 2m, pour insister sur la puissance de cette armée...), délicatement, avec les technologies les plus avancées de l'époque. Tous les soldats tenaient des armes en bronze : arbalètes, flèches, têtes de flèche, lances, haches-dagues (Gē), hallebardes, Pí, Shū, sabres, poignards à lame courbe... Tous les chariots de bois ont soit brûlé, soit ont pourri.

Fosse 1 Fosse 1

Là encore, chaque soldat a une expression unique, même les coiffures et les postures diffèrent.

Fosse 1 Fosse 1

On remarque un trou sur le flanc des chevaux : c'est pour permettre l'évacuation de la vapeur, afin qu'elles n'éclatent pas. En effet, contrairement aux soldats, ces statues de chevaux sont faites d'une pièce. Dans les fours, la temérature atteint 800 à 1000°C.

Fosse 1

Nous terminons la visite en passant devant une maquette du site, puis à la boutique du musée. Nous achetons un magnet en forme de guerrier agenouillé, et un livre sur l'armée en terre cuite, avec possibilité de se le faire dédicacer par un des ouvriers ayant contribué aux fouilles.

Maquette du site

Boutique du musée Boutique du musée

Les toilettes sont un peu difficiles à trouver, notre guide nous accompagne... Pas de savon, plus de papier toilette, mais quelques WC à l'occidentale (notre guide nous expliquera que les chinois trouvent les WC à la turque plus hygiéniques)

Pendant que nous rejoignons notre bus, je demande à notre guide si elle a entendu parler du titre One World One Dream que Sylver avait sorti à l'occasion des JO de Pékin en 2008, et si ça a laissé un souvenir en Chine… Apparemment, pas trop.

 

Haut ↑

 
«
»
 

A lire aussi

6e jour : Beijing → Xi’An
6e jour : Beijing → Xi’An

7e jour : Xi’An
7e jour : Xi’An

Tombeau de l'empereur Yangling
Zoom : Tombeau de l'empereur Yangling

Remparts de Xi'An
Zoom : Remparts de Xi'An

Musée provincial de Shaanxi
Zoom : Musée provincial de Shaanxi

Dîner-spectacle Tang
Zoom : Dîner-spectacle Tang

Maison de Jade
Zoom : Maison de Jade

Petite Pagode de l'Oie sauvage
Zoom : Petite Pagode de l'Oie sauvage

Mosquée de Xi'an
Zoom : Mosquée de Xi'an

 

 

Haut ↑